La Navigation Kézako

Epreuves de navigation qu’est ce que c’est ?

Dans cette rubrique nous allons traiter de l’épreuve de navigation. Il existe principalement deux catégories « débutant » ou « tourisme » et « experts » ou « navigation ». Nous allons essayer de vous faire comprendre le fonctionnement d’un road book….

Qu’est ce qu’un road book ?

Un road book n’est rien d’autre qu’une description détaillée de la route sous forme de tableau. Il vous permet de parcourir en « vrai » le trajet, et ce sans carte géographique et surtout sans connaitre la région. Le road book s’utilise dans toutes les épreuves. Il est agencé sous forme de tableau. Chaque ligne décrit un point marquant du trajet, par exemple, un carrefour, une bifurcation, une curiosité locale ou un point dangereux (souvent indiqué dans les épreuves).

 

1.  Comment est-il fait ?

Le road book est composé de pages (jusque là je ne vous apprends rien !!), avec des lignes et des colonnes. Chaque ligne contient au minimum trois colonnes.

 

 

 

 

 

La colonne n°1, dans l’exemple ci-dessus, vous indique le numéro de la case ou vous êtes. En général les numéros se suivent mais… parfois les organisateurs les mettent dans le désordre, aux navigateurs de bien faire attention !

La colonne n°2, regroupant les kilométrages partiels c'est-à-dire la distance entre le croquis précédent et celui sur lequel vous êtes. Et les kilométrages totaux depuis le début de l’étape.

La colonne n°3, qui est une représentation graphique de l’endroit ou vous êtes et vous indiquant le sens de la circulation à suivre.

En option la colonne n°4, comprenant du texte ou d’autres informations.

Au départ les road book du VRACC 88 comprenaient cinq colonnes car nous vous indiquions le kilométrage restant à faire. Aujourd’hui la dernière colonne n’existe plus.
L’organisateur va réaliser son road book en utilisant une variété de système de notations. Nous allons vous montrer les principaux.

En mode « débutant » ou « tourisme » le road book défini l’itinéraire à suivre en utilisant soit :

    •   Une suite de schémas représentants les différents carrefours, ils sont appelés les fléchés qu’ils soient métré ou non,
    •   Une succession de notes littéraires,
    •   Des cartes ou l’itinéraire est surligné et qu’il faut suivre (cartes tracées).
    •   En mode « expert » ou « navigation » peuvent se rajouter :
    •   Du fléché allemand, aussi dit « arête de poisson »,
    •   Des cartes ou le navigateur doit tracer l’itinéraire d’après une liste de points de passage (cartes à tracer),
    •   Du calque ou le navigateur à l’aide d’un papier calque doit retrouver l’itinéraire sur une carte,
    •   Une rose des vents,
    •   Une horloge,
    •   Une commode,
    •   Et d’autres subtilités, on ne va pas tout vous dévoiler de suite quand même.

2.  Comment cela marche ?

Quelque soit le mode de difficulté choisi, les concurrents doivent fournir la preuve qu’ils ont bien suivi l’itinéraire grâce aux contrôles de passages (CP). Il peut s’agir de contrôles humains, le navigateur doit donner son road book ou sa feuille de pointage au contrôleur qui validera le passage. Le CP peut être aussi visuel, en général il s’agit de petits panneaux installés sur le bord de la route, ou de questions auxquelles il faut répondre à un moment donné, pour le VRACC 88 les énigmes du père Mailliw, qui en ont rendus chèvre plus d'un coéquipier en catégorie « débutants », ne sont ni plus ni moins que des questions de passages permettant à l’organisateur de vérifier que les équipages sont passés aux bons endroits. Ceux, parmi les organisateurs d’autres épreuves, qui estiment qu’une énigme ne correspond pas à la nature même des épreuves de navigation devront m’expliquer la différence entre une question qui débute par une majuscule et ce finie par un point d’interrogation et une énigme qui débute elle aussi par une majuscule et ce finit par un point d’interrogation. Les « experts » ayant déjà pas mal de boulot nous leurs épargnons les énigmes pour de simples vérifications de passages. Le navigateur doit alors remplir sa feuille de pointage suivant les indications de son pilote. Le pilote, qui en principe est le seul à toujours regarder la route, on a dit la route, être aussi très attentif aux CP, en oublier un seul peut avoir des conséquences sur le résultat final. Si l’équipage à un doute il peut être utile parfois et même vivement conseillé de faire demi-tour.

Pour un équipage n’ayant jamais participé à une épreuve de navigation la première difficulté est de comprendre le fonctionnement du road book.

Par convention, l’organisateur ne note jamais les routes interdites à l’épreuve. Toutes les voies privées, les voies sans issus, les sens interdits, les entrées de supermarché, de parking, d’autoroute, bref toutes les routes ou l’on ne doit pas aller ne seront pas reprise dans les notes du road book.

En règle générale tous les CP sont à droite de la voiture, un CP à gauche à de forte chances d’être un « faux » CP. Le reporter sur sa feuille de pointage vous pénalisera. Attention aux pièges car neuf fois sur dix, les « faux » CP vous tendent les bras et vous attirent irrésistiblement.

Toujours avec notre exemple nous allons essayer de vous montrer comment cela fonctionne :

 

 

 

 

L’équipage doit comprendre qu’il est impératif de suivre l’ordre des numéros de cases en colonne n°1. En effet l’organisateur ne va pas forcément faire suivre ces numéros par ordre croissant, cela serait trop facile. Il peut vous décaler certains numéros, parfois vous mettre des cases dites « miroir », mettre une page complète dans le désordre, le rôle du navigateur est primordial à ce moment là et son attention doit être grande, il est les yeux du pilote et ne doit pas hésiter à le faire ralentir si nécessaire. Le conseil que nous vous donnons : c’est de toujours barrer la case que vous venez de passer, si vous avez un doute sur la suivante cela vous permettra de revenir à celle dont vous êtes sur.

Nous ne reviendrons pas sur les colonnes n°2 et n°5. Elles sont suffisamment explicites.

La colonne n°3 vous indique la direction à suivre au niveau de l’intersection sur laquelle vous arrivez. Prenons l’exemple ci-dessus et détaillons cette case. Vous arrivez de la « boule » en bas de la case et vous allez trouver devant vos roues une intersection à angle droit. Vous prendrez la rue à droite. Les panneaux « entrée » ou « sortie » de ville ne servent qu’à renseigner le pilote, qu’avant l’intersection en question il entrera ou sortira d’une ville ou d’un village et nous ne précisons pas dans combien de mètres il entrera dans le village avant l’intersection, ni combien de mètres après il en sortira. Ces panneaux ne font qu’apporter un petit renseignement, ils ne sont pas forcement sur l’intersection, à vous de bien savoir les interpréter. Nous aurions pu avoir un « cédez le passage », un « stop » etc. etc. qui eux ont une importance réelle dans la case en question. Dans les road book du VRACC 88, vous aurez systématiquement une indication de ce genre permettant à l’équipage de s’aider un petit peu. Sachez enfin que le schéma qui est sur le road book correspond à l’intersection que vous devez trouver devant vos roues. Si ce n’est pas le cas, le navigateur doit imposer à son pilote de faire demi-tour et de revenir à la dernière intersection dont il est sûr.

La colonne n°4 permet à l’équipage d’avoir des indications du style nom de la ville ou village, une indication de panneaux, un nom de rivière ou même de rue. C’est dans cette colonne que vous trouverez les questions ou énigmes du père Mailliw,sous forme de panneau « question n° » ou « énigme n° ». Dans nos books l’intitulé des questions est noté plus loin dans le road book. En règle générale vers la fin du book. Mais très souvent la question est dans la case en question.

 

3.  Les différents systèmes de notes :

À l’aide de l’exemple ci-dessous nous détaillerons les différents systèmes de notes que vous pouvez trouver dans un road book « débutant » ou « tourisme ».

Le fléché métré :

C’est le système de notes le plus simple. Le copilote sait exactement à quelle distance va se trouver la prochaine intersection. Il s’agit d’une succession de schémas qui vous indiquent l’intersection vers laquelle vous allez. Le but est de franchir le carrefour depuis « la boule » vers la flèche. En général la courbure des routes ainsi que l’angle relatif au virage sont reproduits. Cela permet au copilote d’annoncer une épingle ou une courbe serrée.

Le fléché non métré :

Le principe de notes est le même que sur le fléché métré. Là où ça se corse c’est que le copilote n’a aucune idée de la distance séparant deux intersections.La vigilance est de mise. En contre partie l’organisateur est ici obligé de mentionner absolument tous les carrefours avec des routes non-interdites.

Le fléché droit non métré :

C’est un système de notes bien plus compliqué. Ici les courbures et les angles n’apparaissent plus. Sur les schémas, tous les carrefours semblent être perpendiculaires, la réalité étant bien différente. Le navigateur doit être extrêmement vigilent car il devient plus difficile de réaliser que l’on est sur une mauvaise route. Il existe la même combinaison avec le fléché droit métré.

Les notes littéraires :

C’est le système de notes qui se rapproche le plus de celui utilisé par les copilotes en rallye. Il utilise un système d’abréviations dont voici la signification :

  • CàD   = carrefour à droite (veux dire que au prochain carrefour vous tournez à droite)
  • CàG   = carrefour à gauche (veux dire que au prochain carrefour vous tournez à gauche)
  • CtD    = carrefour tout droit (veux dire que au prochain carrefour vous allez tout droit)
  • QD     = quitter droite (veux dire que vous quittez la route sur laquelle vous êtes par la droite)
  • QG     = quitter gauche (veux dire que vous quittez la route sur laquelle vous êtes par la gauche)
  • NG     = négliger gauche (veux dire de prendre tout droit ou à droite en négligeant la route sur votre gauche)
  • ND     = négliger droite (veux dire de prendre tout droit ou à droite en négligeant la route sur votre droite)
  •   Il peut y avoir une astuce sur une note N3G veux dire « négliger 3 routes à gauche ». Aux équipages de bien faire attention.

Les cartes tracées :

En règle générale les cartes permettent d’aller d’un point « A » à un point « B ». Il s’agit souvent de cartes d’IGN ou d’Etat major à l’échelle de 1/25000ème ou 1/50000ème. Méfiez vous de l’organisateur car il peut vous réserver quelques surprises à ce sujet.

La variante la plus simple est la carte dite « tracée », l’itinéraire est surligné sur la carte. Mais attention à cette facilité, les cartes n’étant pas remises à jour très souvent il se peut que certaines routes n’existent plus et que des nouvelles soient apparues. Vous avez un exemple ci-dessous lors de la deuxième ronde du Dahut en septembre 2010. Les équipages arrivaient par la route de la Fontaine Bréchain et devaient prendre après Berchigranges une petite route les menant jusqu’à Granges sur Vologne et arriver de cette section sur la D423.

Il existe d’autres variantes de cartes tracées, mais en général elles sont réservées aux équipages « experts ». Deux autres cartes, en général, destinées aux équipages « expert », mais que vous pouvez rencontrer aussi dans la catégorie débutant.

Ign

Les équipages doivent aller de « A » vers « » en passant par des points bien définis. Ici ils devaient impérativement passer par les points : « D – C – J – H – X – V – O », les autres points n’étant la que pour mettre un peu plus la pagaille. Cette carte ayant été trouvée par les participants à la 5ème « balade du Dahut » qui c’est déroulée en septembre 2013 et de nuit qui plus est.

Le deuxième exemple consiste à rouler avec des points d’altitude. Le coéquipier à sur le road book l’ordre des points d’altitude par lesquels ils doivent impérativement passer. A lui de les reporter sur la carte en question. Ici les équipages devaient aller toujours de « A » vers « B » en passant par les points d’altitude suivants : 417 – 465 – 480 – 494 – 505 – 505 – 479 – 477 – 451 – 374 – 366.

Amusez vous à trouver les routes sur les deux cartes en questions.

Ign

 

4.  L’arrête de poisson.

Voila une chose qui fait causer dans les habitacles de nos véhicules. Souvent réservée aux équipages concourant en catégorie « Expert » il arrive parfois de la retrouver chez les débutants. La fameuse arrête de poisson ou Fléché Allemand. Très compliqué quand on ne comprend pas en réalité extrêmement simple une fois que l’on à compris les ficelles. Avec l’exemple qui va suivre vous comprendrez beaucoup plus facilement et vous ne vous ferrez plus piéger par les organisateurs. Bien que de cela je n’en sois pas sur.

Arrete

Voila dégrossi la fameuse arrête, après certain organisateurs ont la fâcheuse habitude de vous la dessiner en lui donnant des courbes ou des angles dans l’axe principal, n’en tenez pas compte il s’agit simplement d’un piège de plus.

 

5.  La rose des vents :

Lors du dernier « Par Monts et par Vaux » nous avions mis dans le road book une rose des vents. Les équipages ne connaissant pas cette technique de navigation ce sont demandés à quoi cela pouvait bien correspondre. En réalité il n’y à rien de compliqué dans le fonctionnement.

Déjà voici une rose des vents :

Sur celle-ci sont noté les points cardinaux ainsi que les caps attenants. Son fonctionnement est fort simple comme nous allons vous le démontrer ci-dessous.

Prenons le cas d’une intersection relativement simple :

Arrete 1

 

Si on ce réfère à notre rose des vents la voiture arrive du sud pour aller vers l’est.  L’intersection est donc composée de trois branches. L’organisateur notera sur le road book l’indication suivante : S – N – E. Le copilote devra donc ignorer la deuxième indication et ce concentrer sur la première est la troisième. Je leur conseille d’ailleurs vivement de faire le dessin de l’intersection cela prend un peut de temps mais on évite bien des erreurs.

 

Maintenant l’organisateur peut aussi vous indiquer : SO – NE – SE. Cela revient au même, le copilote dessine son intersection, fait correspondre le dessin avec l’orientation de la voiture et le tour est joué.

Deuxième exemple un carrefour un peut plus complexe.

Arrete 1

 

L’organisateur notera sur le book l’indication suivante : S – SO – NO – NE. Le copilote devra donc faire son dessin le faire correspondre à sa voiture en ne tenant pas compte des deux notes entre « S et NE ». Comme vous pouvez le constater rien d’insurmontable pour un équipage attentif.                                                                                                                                                                                            

 

 

5.  L’horloge

Pratiquement le même principe que la rose des vents.

Horloge

 

Là l’organisateur décide que l’aiguille des heures (rouge) correspond à l’entrée dans l’intersection et que l’aiguille des minutes (noire) à la sortie de l’intersection. Le copilote fait coïncider cette intersection avec la réalité qui est devant sa voiture et il a la direction à suivre, rien de compliquer non plus.

Certain organisateur ont des subtilités du style à vous mettre l’heure en format montre à quartz : 16h45 en réalité cela correspond à l’intersection suivante si l’on part du principe que nous entrons dans l’intersection par la case des heures et en ressortons par la case des minutes. Il suffit simplement de dessiner une horloge et de faire le dessin suivant :

Il suffit de réorienter le dessin par rapport à la voiture et vous avez votre destination.

Horloge 1

7.  La commode.

Voila encore une invention des organisateurs qui fait blêmir plus d’un équipage. La coordination entre les deux membres de l’équipage est primordiale. Le pilote voit les intersections qui sont devant lui et doit les retranscrire fidèlement à son navigateur pour que celui-ci soit sur que cela corresponde au dessin qu’il a sous les yeux. Ci-dessous vous allez avoir une commode et afin de vous faire comprendre le fonctionnement les cases seront numérotées et celle correspondant au cheminement seront mises en couleur.

Commode

La commode : dans l’exemple ci-dessus elle commence en case n°1 et ce finit en case n°20, ne pas oublier quand réalité toutes les cases sont de même couleur et non numérotées.

Vous allez devoir faire très attention aux intersections qui ce présenteront devant votre voiture. Cela fonctionne de façon très simple.

Une fois la commode « ouverte » le rôle du pilote est primordial, tout autant que le navigateur.

Commode     

      La voiture arrive sur une première intersection :
      Le copilote va donc rechercher dans la 1ère ligne de la commode l’intersection qui correspond. Ici la n°1

 

Commode

      Deuxième intersection devant le pilote :
      Le pilote décrit ce qu’il voit et le copilote recherche dans la deuxième ligne ce qui correspond. Ici la case n°8.

 

 Commode

      Troisième intersection devant la voiture :
      Après description le copilote recherche dans la troisième ligne la case correspondante, ici la n°15.

 


Commode

      Quatrième intersection :
      Pareil le copilote après avoir entendu, recherche dans la quatrième ligne ce qu’il y a en réel devant la voiture ici la case n° 16

 

Commode

      Cinquième intersection :
      C’est la que réside la difficulté car le copilote devra cherche cette intersection dans la QUATRIEME ligne de la commode.
      Ici la n°19

 

 

  • Pour la sixième intersection, le copilote recherchera dans la 3ème ligne.
  • Pour la septième dans la seconde ligne.
  • Pour la huitième dans la 1ère ligne
  • Pour la neuvième intersection dans la première ligne.
  • Pour la dixième intersection recherche dans la deuxième ligne et ainsi de suite jusqu’à la vingtième intersection.

Alors compliqué ?

 

8.    Les indicateurs de direction

Sur les épreuves bien souvent vous allez trouver des petits bonhommes, des animaux ou différentes choses pour vous indiquer la direction à suivre de manière beaucoup plus simpliste. Sur les épreuves du VRACC88, jusqu’à présent nous utilisions le personnage de Popeye. Quand celui-ci vous regarde il vous indique la bonne direction, quand il vous montre son dos il vous indique la mauvaise direction.

Exemple :

 Popeye

    

 

 

     Ici Popeye est de face et il vous indique de prendre à droite dans l’intersection.

 

 

Popeye

 

 

 

     Là il est de dos et vous indique donc de prendre à gauche.

 

 

 

 

9.  Que faut il prendre ?

Afin de gérer au mieux le road book dans la voiture il est impératif que vous ayez un minimum d’équipement. Le mieux est d’avoir un crayon de papier, il vous permettra d’inscrire sur la feuille de route tant que vous n’êtes pas certain de vos CP. Un stylo bille pour confirmer vos CP, très souvent les organisateurs demandent à ce que les feuilles de pointage soient remplies au stylo bille. Un surligneur qui vous permettra de relever des points importants pendant la navigation afin de prévenir le pilote. Une plaquette pour poser le road book, ne jamais oublier que dans une voiture ça bouge. Une lampe de poche et oui parfois on finit de nuit et toutes les voitures ne sont pas équipées de lecteur de cartes, ou une lampe frontale mais éviter de regarder votre pilote quand elle est allumé car il va en prendre pleins les yeux. Et enfin une carte de la région, si possible récente.

 

10.  Rappel important :

Vous n’avez jamais participé à une épreuve de navigation. Pour vous cela risque d’être une découverte avec un charabia quasi indéchiffrable pour un novice. Ne vous risquez pas alors en catégorie « Expert » ou « Navigation », pour aider les « novices » dès 2014 nous mettrons en place sur les épreuves du VRACC88 une catégorie « Découverte ». S’il n’existe pas de catégorie « découverte » inscrivez-vous en catégorie « Tourisme » ou « Débutant ».

Dans toutes les épreuves il y a un briefing des concurrents où l’organisateur rappellera les différentes consignes de sécurité et expliquera ce que vous allez trouver dans le road book. Si vous avez le moindre doute ou la moindre incompréhension concernant quelque chose n’hésitez pas à poser la question devant les autres équipages. Il vaut mieux comprendre « avant » le départ que de galérer et de s’énerver dans la voiture. Et même si vous craignez de passer pour une « buse » face aux autres concurrents, n’hésitez pas car parmi eux il y en a surement qui sont dans le même cas que vous. Et bien souvent, dans les équipages aguerris, certains n’hésiteront pas à vous aider à comprendre. Si vraiment vous êtes timide, allez voir l’organisateur après le briefing et posez lui les questions, celui-ci vous expliquera, surtout si vous êtes novice. Notre but en tant qu’organisateur n’est pas de vous écœurer ou de vous perdre mais de vous faire découvrir une façon de vous amuser avec votre voiture.

En conclusion, prenez du plaisir et rappelez vous ce n’est qu’un jeu, rien de plus. Ceci est une approche non exhaustive de la navigation pour les équipages débutants et un rappel pour les équipages plus aguerris. Vous pouvez en vous inscrivant à notre forum posez les questions qui vous viennent à l’esprit et nous nous ferrons un plaisir de vous répondre.

 

phil.jpg

 

Texte : Président du VRACC88 Philippe G.
Merci à Frédéric Siva qui m’a inspiré pour la rédaction de ce document et à tous les autres organisateurs d’épreuves.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. phlippe Sechet (site web) 29/04/2016

très bien expliqué
nous faisons notre deuxième ronde le 15 mai
l'année prochaine je voudrais la faire en pure navigation votre article m'a bien aidé à comprendre ......
amicalement

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 13/07/2014